Accueil » Les actions menées

Soutiens

NOS ACTIONS, NOS PROJETS… EN COLOMBIE
Plusieurs voyages ont déjà eu lieu, ayant pour objectifs à la fois de mieux connaître le pays, de rencontrer le plus grand nombre de personnes, d’institutions de tout genre et sélectionner un certain nombre de projets qu’il reste maintenant à monter.

NUESTRAS ACCIONES, NUESTROS PROYECTOS… EN COLOMBIA
Varios viajes se han llevado a cabo, teniendo como objetivo de conocer mejor el país, de relacionarse con un gran número de personas, con instituciones de todo tipo y de escoger un cierto número de proyectos que se deben concretar ahora.

ACTIONS EN COURS

Projet ferme organique (biologique)
La Fondation « Social Oasis » du quartier « Paraíso » (Paradis), située à Ciudad Bolivar, a imaginé un projet intergénérationnel de ferme biologique basé sur la problématique du déplacement des populations. Sandra Liliana Sanchez, la directrice, est arrivée au bidonville avec sa famille à l’âge de 7 ans et a pu construire « Social Oasis » grâce à sa forte volonté et aux efforts de jeunes de la localité qui l’ont rejointe. L’idée de la Fondation prend sa source dans les difficultés rencontrées par la population du bidonville, notamment au niveau de la malnutrition liée à l’absence de légumes dans l’alimentation traditionnelle. A l’âge de 17 ans, après avoir réuni les fonds nécessaires et fini les travaux de construction de la Fondation, Sandra a mis en place un centre d’accueil de jour, où quotidiennement, des repas sont servis aux enfants et aux personnes âgées du quartier. C’est également un lieu de rencontres, de transmission de connaissances et de construction de projets d’autosuffisance tels que la Ferme organique (Biologique).
Il s’agit à partir d’un terrain propriété de la Fondation, de mettre en exploitation une ferme autogérée par les résidants, des anciens déplacés par le conflit armé Colombien et que celle-ci devienne aussi un lieu d’accueil et de formation pour les jeunes. Ce projet se veut pilote et s’il réussit à vocation à être reconductible dans d’autres lieux.
Pour mettre en place une telle structure, outre les moyens financiers recherchés en Colombie et en France, la participation humaine est tout autant primordiale, que ce soit par le biais de professionnels pour les actions spécifiques, des équipes de travail ou encore des futurs résidents. A ce jour, une volontaire de solidarité internationale, adhérente de CALIPAS International, sous convention avec la Fondation « Social Oasis », suit en son sein les études et démarches engagées (techniques, administratives et financières). Depuis le début de l’année 2011, CALIPAS International, qui est devenue représentante officielle de Social Oasis en France, a cherché à associer d’autres associations au projet, via l’organisation de réunions de travail. L’objectif étant, fonction des spécificités de chacune, de prendre en charge une partie du projet, CALIPAS International coordonnant l’ensemble. A ce jour, plusieurs associations ont rejoint le groupe de travail. En Colombie l’étude du terrain est achevée, les premières cultures sont productives, les plans et l’étude financière concernant l’éco-construction d’un lieu de vie pour les anciens est en cours de finalisation. Périodiquement les personnes âgées, futurs résidantes sont emmenées sur le terrain pour à la fois donner leur avis et participer à hauteur de leur capacité physique aux plantations entreprises.

→ Sandra Liliana SANCHEZ, est de nouveau venue à Bourges au cours du mois de janvier 2012. A cette occasion, une soirée a été organisée à son intention et cela afin que toutes les personnes intéressées par ce projet puissent la rencontrer et qu’elle leur présente la progression de celui-ci. La soirée a rencontré un vif succès. De plus, lors de son séjour, diverses interventions ont eu lieu, dont certaines dans les radios locales (Résonance, RCF en Berry, etc.). Maintenant Sandra est de nouveau en Colombie. Le projet se poursuit. N’hésitez pas à nous contacter à ce sujet.

El proyecto de la finca orgánica de la Fundación “Social Oasis” del barrio “El Paraíso”, situado en Ciudad Bolívar, ha imaginado un proyecto intergeneracional de finca orgánica basado sobre la problemática del desplazamiento de la populación. Sandra Liliana Sánchez, la directora, llegó, a la edad de 7 anos, a un barrio pobre con su familia, donde pudo construir “Social Oasis” gracias a su voluntad determinada y a los esfuerzos de otros jóvenes de la localidad que la siguieron.
La idea de la Fundación viene de las dificultades encontradas por la población de la “comuna”, principalmente a nivel de la desnutrición ligada directamente a la ausencia de legumbres en la alimentación tradicional. A la edad de 17 anos, después de haber reunido los fondos necesarios y de haber terminado la construcción de la Fundación, Sandra puso en servicio un centro de acogida de día, donde cotidianamente, platos de comida son servidos a los niños y a las personas ancianas del barrio. De la misma manera, la Fundación, es un lugar de encuentro, de transmisión de saberes y de construcción de proyectos de auto-suficiencia como la Finca orgánica.
A partir de un terreno del cual la Fundación es propietaria, el proyecto busca poner a producir una finca auto-administrada por los residentes, personas ancianas desplazadas por el conflicto armado colombiano. También se busca que la finca se vuelva un lugar de acogida y de formación para los jóvenes. Este es un proyecto piloto, y de su éxito depende la expansión hacia otros lugares.
Para poner en funcionamiento esta estructura, además de las ayudas financieras buscadas en Colombia y en Francia, la participación humana es también primordial, ya sea a través de profesionales para las acciones específicas, de equipos de trabajo o de futuros residentes. Actualmente, una voluntaria de solidaridad internacional, afiliada a CALIPAS Internacional, bajo convención con la Fundación Social Oasis, prosigue sus estudios al interior de esta (técnico, administrativo y financiero). Desde comienzos de 2011, CALIPAS Internacional, que es la representante oficial de Social Oasis en Francia, busca incorporar otras asociaciones al proyecto, a través de la organización de reuniones de trabajo. En Colombia el trabajo de campo está terminado, los primeros cultivos son productivos, los planes y el estudio financiero referente a la eco-construcción de un lugar de vida para las personas ancianas está en etapa de finalización. Periódicamente los ancianos, futuros residentes, son llevados al terreno para al mismo tiempo dar su opinión como para participar, en proporción a sus capacidades físicas, a las plantaciones comenzadas.

Projet de coopération entre les potiers de Raquira (Departamento de Boyacá) et ceux de La Borne et du Châtelet en Berry (département du Cher)
Plus de 400 familles de potiers employant environ 1.500 personnes, travaillent l’argile et la terre. Raquira qui compte 14.000 habitants est devenue aujourd’hui la capitale de l’artisanat de Colombie grâce à l’énorme diversité d’objets artisanaux en céramique. Outre les céramiques traditionnelles à caractère folklorique, les potiers proposent tous les jours de nouveaux produits selon les besoins des clients : des pots à plantes, des services à thé et à café, de la céramique décorative, etc.… car la créativité de ses artisans n’a pas de limites. Raquira est une commune très dynamique dont une grande partie des façades des maisons sont magnifiquement peintes de représentations précolombiennes.
A partir de plusieurs visites sur le site par le Président de CALIPAS International et la rencontre du maire ainsi que de quelques membres influents de la communauté potière et le fait que dans le département du Cher, siège de la Fédération se trouve implantés de nombreux potiers de renoms à la fois à La Borne et au Châtelet en Berry, une idée logique est apparue : mettre en relation les potiers Français et Colombiens. Deux grands thèmes se sont dégagés et méritent maintenant d’être travaillés et expertisés : La première idée tourne autour de la formation des techniques potières, la seconde idée autour de la préservation de l’environnement et du développement durable.
Ces idées, sont en cours d’expertises et confrontées à la réalité Colombienne. Des échanges ont lieu avec la commune et les potiers des 2 sites du Cher. A ce stade, il est nécessaire d’organiser de nouveau une mission exploratoire en Colombie qui pourrait avoir lieu au cours de la période estivale 2012.

Proyecto de cooperación entre los alfareros de Raquira (Departamento de Boyacá) y los alfareros de “La Borne” y de “Châtelet” en el Berry (departamento del Cher)
Más de 400 familias de alfareros emplean alrededor de 1500 personas, trabajan la arcilla y la tierra. Raquira, que cuenta con 14000 habitantes, es hoy la capital artesanal de Colombia gracias a la gran diversidad de objetos artesanales en cerámica. Además de las cerámicas tradicionales con carácter folclórico, los alfareros proponen todos los días nuevos productos según las necesidades de los clientes: materas, servicios de té y de café, cerámica decorativa, etc.… porque la creatividad de sus artesanos no tiene límites. Raquira es una ciudad dinámica, donde una gran mayoría de las fachadas de las casas están magníficamente pintadas con representaciones precolombinas.
A partir de varias visitas a la ciudad por el presidente de CALIPAS Internacional y el encuentro con el alcalde así que con otros miembros influyentes de la comunidad alfarera, y el hecho de que en el departamento del Cher, sede de la Federación, se encuentren implantados varios alfareros reconocidos de La Borne y de Châtelet en el Berry, una idea lógica apareció: poner en relación los alfareros franceses y colombianos. Dos temas principales se encontraron y merecen ser trabajados y examinados: la primera idea gira alrededor de la formación de las técnicas alfareras y la segunda alrededor de la preservación del ambiente y del desarrollo sostenible.
Estas ideas están siendo examinadas y confrontadas a la realidad Colombiana. Algunos intercambios han sido realizados con la comuna y los alfareros de los dos sitios del Cher. En este momento, es necesario organizar una nueva misión de exploración en Colombia que podría tener lugar durante el transcurso estival de 2012.

Action de commerce équitable avec l’entreprise Ensambladora National de Chivas à Bogota
En 2009, suite à une visite de l’entreprise proposée par notre association amie, SOL’ENFANCE et devant la qualité remarquable des pièces réalisées par les 3 personnes qui y travaillent, nous avons souhaiter les aider. Ainsi maintenant, lors de chacune de nos ventes, nous proposons leurs produits. Outre les ventes lors de manifestations, nous pouvons sur demande, vous présenter leur artisanat directement à notre siège social.